• Kinograph

Le Kinograph lance le label Bechdel afin de sensibiliser aux questions de représentation

Le cinéma Kinograph a ouvert ses portes en mai 2019, à une époque où la place des femmes et des minorités dans la société, et leurs représentations, est questionnée, repensée, déconstruite.


Que ce soit à travers des discussions au sein de notre comité de programmation, avec nos spectateur·ice·s ou les collectif·ve·s et associations qui ont pu animer des séances chez nous, force est de constater que le cinéma transporte ces représentations dans la fiction et, qu’en tant que salle de cinéma et programmateur·ice·s, nous sommes le passeur direct de ces représentations au public.

C’est pourquoi, à l’instar de cinémas scandinaves, nous avons décidé d'apposer un label B à côté des films qui passent le test de Bechdel (plus d'informations sur ce test dans l'article d'introduction de la rubrique Genre & Cinéma ainsi qu'au bas de cet article). Celui-ci sera visible dans notre programme papier ainsi que sur notre site internet.


Si le test de Bechdel comporte des limites (son approche n’est pas intersectionnelle et ne questionne donc pas la représentation des personnes racisées, LGBTQIA+, et autres minorités; un film peut véhiculer des idéologies sexistes et pourtant passer le test,...), et ne permet certainement pas de définir l’intérêt ou la qualité d’un film, il nous paraît un outil simple d’accès et d’application, tant pour nous que pour notre public, pour attirer l’attention sur les questions de représentation de genres au cinéma et rassembler des données au fil du temps.


Nous continuerons de choisir des films avant tout au coup de cœur, pour l’histoire ou les qualités cinématographiques qu’ils proposent. Cependant, nous avons envie de porter un regard conscient sur la programmation dans les salles de cinéma, du moins la nôtre, en espérant y voir évoluer une plus grande diversité de récits et de regards.


Le test de Bechdel provient d’une bande-dessinée d’Alison Bechdel et comprend trois critères :


1. Il doit y avoir au moins deux personnages féminins nommés

2. Elles doivent à un moment parler ensemble

3. Lorsqu’elles parlent, cela doit être à propos d’autre chose que d’un homme

Retrouvez Clara Léonet, co-gérante du Kinograph, à ce propos :



27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout