• Marie Decleire

Genre & Cinéma : Une introduction


Je ne suis pas réalisatrice.

Je ne suis pas actrice.

Je ne suis ni productrice, ni scénariste.


Je suis spectatrice.



Ma relation avec le cinéma commence là où celle d’autres aboutit. Bien souvent je m’assieds, toute ouïe, les yeux grands ouverts, et je me laisse guider. Je laisse, comme beaucoup d’autres, l’image, les sons, m’emmener à travers le récit cinématographique.

Chaque regard posé sur l’écran est singulier, mais l’image qu’il nous est donné de voir est cadrée par une équipe artistique, elle-même constituées de subjectivités. Qu’est-ce que ces choix de cadrage, de mise en film, induisent dans nos imaginaires ? En quoi la manière dont les corps sont filmés et les personnages portraiturés influence-t-elle nos représentations et est elle-même influencée par les diverses perceptions de la réalité ? Ce sont des questions que j’ai été amenée à me poser grâce à l’autrice Iris Brey. L’écoutant à une conférence destinée majoritairement aux professionnels du cinéma, j’ai fait un pas de côté. Nous faisant prendre conscience de chiffres sur la diversité – ou plutôt son manque – dans le monde du cinéma, elle nous guide ensuite à travers quelques explications illustrées, qui permettent de théoriser, ce qui nous est donné de voir et d’écrire sur les écrans. Nous voilà face à un état des lieux non-contestable concernant la place des femmes devant et derrière la caméra. Elle relève avec nous des corrélations, et surtout nous apprend à ouvrir les yeux sur le cinéma comme part entière de la création d’un « imaginaire culturel commun constitué de représentations et stéréotypes parfois difficiles à déceler. » (Brey, 2020) : soit des attentes, des expectatives selon ce à quoi chaque personnage devrait pouvoir correspondre pour avoir sa place et nous convaincre de sa pertinence, de sa vraisemblance.

En nous offrant des outils théoriques et de nombreuses notions, Iris Brey nous dote de nouvelles lunettes, d’un cadre, à travers et avec lesquels nous pouvons regarder les films autrement. Consciemment. Ne nous empêchant pas d’apprécier le cinéma, ces perspectives nous permettent de déconstruire ce qui nous semble réel et évident. Des outils pour la création cinématographique mais également pour les spectateurices amenant une perception active des stéréotypes – et non une assimilation passive – les sortant de l’imaginaire culturel commun pour redéfinir nos attentes, nos représentations et mieux les penser.



© "Fun Home" de Alison Bechdel, via https://dykestowatchoutfor.com/the-rule/

Pour déjà mieux comprendre deux piliers de nos analyses, voici un petit avant-goût introductif :

- Qu’est-ce que le test de Bechdel ou Bechdel-Wallace ?

Le test de Bechdel provient d’une bande-dessinée d’Alison Bechdel sur laquelle on peut la voir avec son amie Liz Wallace discuter du choix d’un film. Liz Wallace lui explique alors ses propres critères pour en voir un :

1. Il doit y avoir au moins deux personnages féminins nommés.

2. Elles doivent à un moment parler ensemble.

3. Lorsqu’elles parlent, cela doit être d’autre chose que d’un homme.


(Cathy, 2005)

Pas si compliqué dites-vous ? Et bien justement, il est frappant de constater – notamment dû à la simplicité de ce test – que très peu de films le passe avec succès.

- Qu’est-ce que le male gaze ?

Le concept de « male gaze » - ou le « regard masculin » - est proposé en 1975 par la critique Laura Mulvey (Mulvey, 1975), et a évolué jusqu’à son utilisation aujourd’hui par Iris Brey. Il met en avant le fait que la majorité des perspectives adoptées (photographiques, cinématographiques, publicitaire …) sont celles d’un homme hétérosexuel, imposant un certain type de regard comme neutre par sa position très majoritaire. Cependant, au-delà d’un regard masculin et hétéro, c’est aussi et surtout une perspective dominant et objectivant un personnage féminin, ne considérant d’ailleurs parfois – souvent – que son corps (retour à un personnage qui ne parle pas et n’est pas nommé). Comme exemple, il existe toutes sortes de mises en scène de voyeurisme, ou des manières de filmer les corps des femmes de haut en bas. C’est donc imposer une domination masculine à travers le cadrage, la trajectoire de la caméra, la mise en scène etc. (Brey, 2020)

C’est à l’aide de divers concepts et grilles d’analyses comme ceux cités précédemment, et en interrogeant les caractéristiques stéréotypées de différents rôles féminins que nous pourrons nous essayer à une nouvelle lecture des films qui ont constitué nos imaginaires. Si ces concepts vous paraissent peut-être encore un peu flou, c’est parce qu’il est souvent plus facile de les appliquer à un exemple concret.

Je vous invite dès lors à nous rejoindre très prochainement, dans cette même rubrique, pour vous adonner à la lecture de décryptages de films autour du genre et du cinéma. Mobilisant les outils présentés et bien d’autres encore, nous nous essaierons à la déconstruction des stéréotypes présents dans différents films.

En attendant de vous dévoiler ces réflexions et de vous y retrouver, je vous encourage, cher·e·s lecteurices, à vous prêter au jeu. Non pas à détruire votre personnage préféré ou votre film d’enfance, mais à le repenser. Pour ne plus le regarder comme évidence mais pour pouvoir peut-être même mieux l’apprécier : comme origine de représentations, témoin d’une époque et à – très certainement – souvent remettre en question.

A très bientôt,


Marie Decleire,

étudiante en Anthropologie à l'ULB



Bibliographie :


  1. Brey, I. (2020, 16 novembre). Décrypter les stéréotypes de genre dans un scénario. Audiovisuel & Médias, Centre du Cinéma (en ligne). https://audiovisuel.cfwb.be/actualite/news/rencontre-avec-iris-brey-decrypter-les-stereotypes-de-genre-dans-un-scenario/

  2. Brey, I. (2020). Le regard féminin – Une révolution à l’écran. Edition de l’Olivier.

  3. Cathy. (2005). The Rule. sur https://dykestowatchoutfor.com/the-rule/ consulté le 3 décembre 2020.

  4. Mulvey L. (1975). Visual pleasure and Narrative Cinema. Screen. (6-18). DOI : 10.1093/screen/16.3.6.



442 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout