• Sarah Rousseau

Cinéma à la carte n°2

Bon, le confifi bat son plein et ça devient parfois difficile pour toi de dénicher des pépites cinématographiques qui matchent avec ton mood du moment ? I’m here to help ! Voici un petit article sympa avec quelques films qui peuvent te convenir – Si tu es dans le mood bien évidemment.


Mood je veux être super pris·e dans mes tripes : La Chasse (Jagten, 2012, Danemark)


© Pretty Pictures

Encore un film du merveilleux Vinterberg. Bon alors là, ce film c’est une claque. Il n’est pas simple à regarder parce qu’il prend littéralement aux tripes. C’est un film sur l’injustice et la descente aux enfers. Le contexte géographique très isolé (un petit village danois où tout le monde connaît tout le monde) accentue encore plus cette ambiance angoissante et perturbante. Ça demande plusieurs jours pour être digéré. D’ailleurs, le réalisateur réussit la prouesse d’aborder le sujet délicat de la pédophilie dans ce film d’une toute autre manière qu’il l’aborde dans Festen.

  • Le petit bonus : Le bonheur de voir Mads Mikkelsen jouer pendant 2h.

Dans le même genre : Joker (2019, USA), Moonlight (2016, USA), We Need to Talk about Kevin (2011, USA).

Mood léger et poétique : Au revoir là-haut (2017, France)


© Jérôme Prébois / ADCB Films

Cette petite pépite française parle d’un mec mutilé par la guerre des tranchées. C’est super poétique et unique en son genre. C’est fantastique juste ce qu’il faut, et ça fait voyager dans une France d’après-guerre très romancée. En même temps c’est super touchant. Les acteur·trice·s sont exceptionnel·le·s, la musique très bien choisie. En plus d’être un beau moment, ce film est aussi superbe esthétiquement.


  • Le petit bonus : Les décors et costumes du films te feront rêver.


Dans le même genre : Elle s’appelle Ruby (Ruby Sparks, 2012, USA).

Mood point de vue critique de la société : Les Misérables (2019, France)


© SRAB Films - Rectangle Productions - Lyly films

Encore un film coup de poing. C’est un film qui fait un écho explicit au classique La Haine de Kassovitz, pionnier du cinéma sur les violences policières et la vie des quartiers. C’est plutôt sur les violences policières que Ladj Ly se concentre ici. C’est très réussi. L’injustice donne la gerbe. Un film très ACAB bien comme on les aime. D'ailleurs, un article lui est, entre autres, consacré dans le KinoKonfiné.

  • Le petit bonus : Les jeunes acteur·trice·s sont incroyablement doué·e·s !

Dans le même genre : La Haine (1995, France), Divines (2016, France), Captain Fantastic (2016, USA), Un prophète (2009, France), Okja (2017, Corée du Sud).

Mood je veux voir d’autres cultures : Faute d’Amour (Nelioubov, 2017, Russie)



© Pyramide Distribution

Je ne m’attendais pas à grand-chose en regardant ce film. Au premier visionnage je l’ai trouvé plutôt long et très contemplatif : il n’y a pas beaucoup d’action. Mais c’est au deuxième visionnage que j’ai vraiment apprécié la beauté du film. Ça parle de solitude et de manque d’amour. Ça fait encore plus écho quand on se rend compte que c’est toute la société russe qui est individualiste et renfermée sur elle-même.

  • Le petit bonus : La critique de la société russe qui n’a pas du tout quitté la radicale URSS est en filigrane de l’histoire mais totalement visible pour qui se concentre un peu. Ca fé réfléchire, comme on dit.

Dans le même genre : Roma (2018, Mexique), Corpus Christi (Boże Ciało, 2019, Pologne), Une Affaire de Famille (Manbiki kazoku, 2018, Japon), Mustang (Turc, 2015).

Mood long film contemplatif : La Grande Bellezza (2013, Italie)



© DCM Filmverleih

Un film sur la haute-société romaine. Ça parle de richesse, de luxe, et de recherche sans fin de la beauté. Toni Servillo, l’acteur principal, remplit l’écran de sa présence, et sa douce humilité ressort d’autant plus dans ces scènes si riches et fastes. C’est le Gatsby italien. Un moment cinéma définitivement à part.

  • Le petit bonus : Les longues scènes contemplatives qui ressemblent à de magnifiques photos en mouvement te feront soupirer de bonheur !

Dans le même genre : Inside Llewyn Davis (2013, USA), Into the Wild (2007, USA).

À bientôt pour encore plus de cinéma à la carte !

Sarah Rousseau,

étudiante en Langues Germaniques et en Sciences Politiques à l’ULB & présidente de l’Association des Cercles Étudiants de l’ULB.


89 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Facebook Kinograph
  • Instagram Kinograph